VERNISSAGE :TUNISIE TERRE DE FOOT

La Fondation de la Maison de Tunisie, en partenriat avec le collectif 3C, et FTCR, ont le plaisir de vous inviter au vernissage de l’exposition : TUNISIE TERRE DE FOOT
Cette exposition est programmée durant la Coupe du Monde 2022 par le Collectif 3C en partenariat avec des associations tunisiennes de l’immigration et la Fondation Maison de la Tunisie dans l’espace Habib Bourguiba qui a œuvré avant et après l’indépendance pour la promotion du football national
L’Exposition:
TUNISIE : TERRE DE FOOT`
Un siècle de Football en Tunisie et dans l’immigration
En quelques années, après une naissance embryonnaire des clubs de football en Tunisie, sous protectorat français, le football sous forme de compétitions officielles voit le jour. La domination des grands clubs dirigés par les français est manifeste, mais la situation va évoluer avec l’engouement des tunisiens pour la pratique de ce sport universel.
Le premier championnat organisé a été joué essentiellement par des Français même si, la même année, les Juifs tunisiens créent leur premier club, l’UST. A Tunis, les clubs se créent et se regroupent sur des bases affinitaires, communautaires (Italiens, Maltais, Français, Juifs et Musulmans tunisiens…) et par quartier. Mais rapidement ce football prend une dimension pluriethnique et ouverte aux apports des uns et des autres. Le nationalisme tunisien va jouer un grand rôle dans ce domaine. Ce sport essentiellement urbain se développa de la même manière dans les autres grandes villes (Sousse, Sfax, Bizerte…). Le rôle des entreprises coloniales va être déterminant dans le développement de certains clubs concernés par les transports et l’exploitation minière.
Il faut enfin attendre les lendemains de la première Guerre mondiale pour que soit créée en 1921 la Ligue Tunisienne du Football (LTF), affiliée à la Fédération Française du Football (FFF). Cette Ligue tunisienne regroupait alors 43 équipes, qui évoluaient en Divisions I et II mais aussi en Promotions I et II, aussi bien à Tunis que dans les districts du Centre-Sud et du Nord.
Le Racing Club remporte le championnat en 1910, 1911 et 1914, puis en 1920 et 1921, alors que le Sporting de Ferryville est couronné en 1912 et 1913. Le championnat devient officiel avec la création de la LTF en 1921 et son affiliation à la Fédération française de football. Jusqu’en 1939, le titre de champion est attribué à l’issue de barrages entre les champions régionaux. Les grands clubs actuels sont créés durant cette période : Espérance sportive de Tunis(1919), Club africain et Sfax railway sport (1920), Étoile sportive du Sahel (1925), Club athlétique bizertin et Club sportif sfaxien (1928).
À partir de 1946-1947, un championnat d’« excellence » (division nationale) est créé et se dispute au niveau national. En 1944-1945, 1945-1946 et 1952-1953,lechampionnat n’est pas disputé et remplacé par un critérium (sorte de tournoi en poules où la participation n’est pas obligatoire). Ces années voient la création du Stade tunisien (1948).
Le football tunisien à l’indépendance, structuré durant la période coloniale, se lance, comme tout le pays, dans la construction d’un football national en s’appuyant sur ses grands clubs, sur ses symboles et les joueurs les plus talentueux des années 1950.
En 1957, la Ligue du Sud-Ouest regroupe 6 des 14 gouvernorats existants mais départage le gouvernorat de Sfax en deux : la partie Nord de ce gouvernorat est ainsi rattachée à la ligue du Centre.
En 1957, sur les 15 clubs de D1, aucune équipe n’appartient à la ligue de Sud-ouest malgré sa grande superficie. C’est bien sûr dans la ligue de Tunis Cap Bon que l’on trouve le plus d’équipes de D1 (6 sur 14). Vient ensuite la ligue de Centre Sousse (3 équipes). À cette date, toutes les ligues régionales à l’exception de celle du Sud comptent au moins une équipe participant au championnat de D1.
En 1986, la ligue Sud-Sfax regroupe 3 gouvernorats : celui de Sfax, plus de la moitié du gouvernorat de Sidi-Bouzid et une partie du gouvernorat de Mahdia. En 2012, la ligue de Sidi-Bouzid fait partie des 4 ligues nouvellement créées et s’étend sur 3 gouvernorats : Sidi-Bouzid, la grande partie sud du gouvernorat de Kasserine et la délégation de Bir Ali ben Khalifa du gouvernorat de Sfax.
Après la révolution de 2011, le nombre de ces ligues passe à 12 avec l’ajout de quatre nouvelles Ligues : celle de Nabeul, Kairouan, Sidi Bouzid et Médenine. Au cours de la même période, le nombre de gouvernorats passe lui de 14 à 24.
On trouve toujours beaucoup d’équipes dans les principales villes de la zone littorale. Mais le fait marquant et inédit est la montée en puissance des équipes du Sud du pays qui représentent près de la moitié des clubs évoluant en D1 : 7 sur 16. En revanche, aucune équipe de D1 n’appartient aux deux ligues du Nord-Ouest – Le Kef et Sidi-Bouzid
Une exposition originale pour sauvegarde notre patrimoine
Les travaux de chercheurs ou de journalistes sportifs contribuent à la connaissance d’une histoire et d’une mémoire du foot au niveau local, national et international. Enfin, la multiplication des pages Wikipédia tenues par des bénévoles qui cherchent et mettent en ligne des informations relayées par les réseaux sociaux dont Facebook constituent une richesse des sources d’information et d’une volonté de nombreux tunisiens et tunisiennes de sauvegarder cette mémoire et cette histoire du sport le plus populaire en Tunisie et nous tenons à remercier tous ces acteurs pour leurs efforts assidus et continus pour actualiser l’information, archiver et collecter le maximum d’informations et d’images utiles pour la recherche et la conception de travaux de valorisation de ce patrimoine.
La Tunisie et la FTF doivent veiller à la sauvegarde de ce patrimoine par le lancement de campagnes nationales et régionales, en lien avec las archives nationales, en veillant à la conservation des archives des clubs et des amoureux du foot, en mobilisant des chercheurs et les Présidents de clubs pour aider les travaux de valorisation (films, expositions, livres…) sur le football dans tous ses états.
En Tunisie, ce patrimoine est vivant, partout, les cafés constituent des lieux de fréquentations des amoureux du foot autour d’un café ou d’un thé, d’une Boga cidre ou blanche, une histoire orale est racontée, elle mérite d’être collectée, il s’agit d’une urgence car des générations d’amoureux du ballon rond nous quittent. A la radio s’est succédée la TV grand format avec une connexion qui nous rapproche de tous les footballs du monde. Ce qui fait du tunisien un fin connaisseur du football mondial et de toutes les langues du monde.
Ce sport venu d’Angleterre, développé durant la période coloniale est aujourd’hui le sport favori des tunisiens, il joue encore aujourd’hui un rôle déterminant dans l’élaboration d’une identité nationale et régionale. Nous terminons cet article par un vœu de mobilisation des structures sportives et l’appel à la FTF pour la sauvegarde de ce patrimoine, le soutien à la recherche et à la création et ce pour conserver et valoriser cette histoire populaire. Le lancement d’une mission de configuration pour la création d’un Musée vivant et multimédia du Football en Tunisie est d’une grande opportunité en cette année de Coupe du Monde 2022.
Hédi CHENCHABI
Acteur culturel à Paris
Latifa BENMANSOUR
Chargée de la Communication
Co-Commissaires de l’exposition « Tunisie:Terre de foot – Un siècle de football en Tunisie et dans l’immigration »
Date Event ; 2022-11-22
Lieu : Pavillon Habib Bourguiba (Maison de la Tunisie)
Catégorie : Arts
Vue par : Personnes.